Les îles Canaries (fin)

Les îles Canaries (fin)

Après une navigation de 20 heures, nous voilà à La Gomera. Une navigation plutôt agréable mis à part les premiers miles où nous avons dû remonter au vent avec les moteurs dans une houle assez formée afin de passer au nord de Gran Canaria. Une belle lune nous a accompagné durant la nuit, très agréable, mais cela veut aussi dire malheureusement qu’elle ne sera pas présente durant notre traversée sur le Cap Vert. Nous apprécions tant sa présence, elle illumine nos nuits, nous rassure et nous offre des images uniques.

Cette navigation nous montre à quel point nos enfants se sont amarinés. Eux qui d’habitude sont couchés les premières heures et sont très calmes, ils étaient en pleine forme. Un peu trop d’ailleurs pour nous ! Mon papa doit encore s’amariner, nous espérons qu’il prendra plaisir dans les prochaines navigations.

La Gomera

Nous voilà sur l’île de La Gomera plus à l’ouest des autres îles visitées auparavant. Elle est la deuxième île la plus petite de l’archipel. Sa population avoisine les 24’000 habitants. Sa superficie est de 369 km², son pic le Garajonay s’élève à 1487 mètres d’altitude. L’île est vieille d’environ 12 millions d’années, sa typicité est qu’elle est parsemée de nombreux ravins et canyons.

L’île aux randonnées

Vous aimez randonner et avoir des vues grandioses ? Cette île est faite pour vous. Il y a une multitude de randonnées dans toute l’île répertoriées sur une carte et les sentiers sont très bien indiqués.

Nous avons pu en effectuer quelques unes malgré le mauvais temps que nous avons eu. Pour vous rendre au départ des sentiers, vous pouvez y aller par bus ou en voiture de location. D’après ce que nous avons entendu l’auto-stop fonctionne également très bien.

Ces randonnées offrent un vrai dépaysement, entre montagne et mer, à flanc de ravin, en passant par des villages, il y a de quoi se satisfaire.

Nature

Une île vraiment nature qui contraste avec celles visitées auparavant par sa végétation et sa géologie. Une végétation très variée. Vous passez par des endroits plutôt arides, puis des champs de cactus , des forêts de sapin, des palmeraies et des arbres fruitiers. Cette île a aussi un parc naturel qui se trouve au centre, il est très surprenant. L’humidité régnant là haut a développé une végétation très particulière. Des fougères, des champignons, des sapins et surtout des arbres remplis de mousses qui peuvent ne pas rendre l’endroit très rassurant !

Nous avons apprécié nous rendre une seconde fois dans cette île et revoir ces paysages grandiose et le calme de l’île, la sérénité qui en ressort.

Mais…

Mais voilà, nous reprenons la mer dans quelques jours. Je ne suis toujours pas sereine en mer. Beaucoup d’angoisses ressurgissent avant et pendant la navigation. Dans quelques jours nous entreprendrons une navigation d’environ 7 jours, un vrai défi pour moi. Combattre ma peur, combattre mes angoisses, repousser nos limites, amener cette navigation du mieux possible pour que nos enfants prennent du plaisir, pour que notre enfant autiste se sente bien.

Cette escale à La Gomera est un bon moment, mais je ne suis pas là. Je ne suis pas dans le présent complètement. Cependant, une petite lueur d’espoir est en moi. Lors de la dernière navigation, j’ai pris un peu plus de plaisir, un peu plus d’assurance. J’espère que cette émotion prendra le dessus sur les émotions négatives. Je me bats pour cela, je me bats pour porter ce projet, ce rêve, ce défi familial, et bien plus, de l’autre côté de l’Atlantique où la chaleur nous réconfortera de tous nos efforts, nous rechargera de toute l’énergie déployée et nous enveloppera pour être tout simplement bien tous les 4 à bord de Niue.

Cap au sud

Nos tests Covid-19 effectués, nous partons demain pour le Cap Vert. Une navigation d’environ 800 miles nautiques que nous parcourrons en environ 7 jours.

Cap sur de nouvelles aventures !

Un temps pour méditer :

En réalisant son rêve vous accédez à un épanouissement de soi, mais ne vous attendez pas à fuir vos difficultés.