Acrophobe s’abstenir

Acrophobe s’abstenir

Nous voilà donc au Cap Vert depuis le 16 janvier 2020, une escale très attendue.

Heureux d’être de retour ici

Nous voilà de retour dans cet archipel que nous avons déjà eu l’occasion de visiter en 2009 lors de notre tour de l’Atlantique avec notre précédent bateau.

Une escale que nous avions particulièrement aimé de part sa différence de culture, première escale hors de l’union européenne, des paysages très variés selon les îles, ses habitants très accueillants et aimables.

Un peu de déception

Le seul regret est de ne pas y passer plus de temps! Le retard que nous avons pris au début du voyage fait que nous nous trouvons être un peu en décalage dans le climat météorologique. Nous ne trouvons pas forcément le climat voulu et la période aux Antilles hors cyclone se raccourcit gentiment.

Une dépression sur les îles Canaries nous a contraint à rester 10 jours supplémentaires, ce qui était très sympathique car cela nous a permis d’aller à la Gomera, mais nous a enlevé 10 jours au Cap Vert. Ce qui fait que nous avons plutôt pris le temps de visiter 2 îles plutôt que 4-5 comme prévu .

Pour le départ de la transatlantique, nous avions un impératif concernant les équipiers embarqués.

Sao Vicente

Nous sommes arrivés sur l’île de Sao Vicente et avons mis Niue à la Marina de Mindelo.

Pour information: c’est un port très ouvert à la houle et très venté. Les aussières ont été mises à rude épreuve et le calme n’était pas forcément présent durant les nuits. L’avantage est que notre corps reste bien amariné et nous pouvons aller visiter l’île de Santo Antao en laissant Niue dans un endroit sécurisé.

Mindelo est une ville très sympathique et animée. Les bars avec leur musique traditionnelle, le marché aux poissons, aux fruits et légumes,  le mercado principal et quelques petits squares. Nous nous sentons très à l’aise et nous ne nous sommes jamais sentis en danger malgré les informations que nous pouvons entendre.

Santo Antao

 

Nous voilà partis pour l’île de Santo Antao, l’île la plus à l’ouest de l’archipel. Nous nous y sommes rendus en ferry, 2 liaisons quotidiennes relient les deux îles. Il est impossible de s’y rendre en voilier car il n’y a pas de port de plaisance, ni de mouillage sécurisé.

Nous y sommes allés sans prévoir quoi que ce soit. Il y a des alugers (taxis collectifs) qui permettent de vous rendre où vous le souhaitez. Pour les logements, ce sont principalement chez l’habitant.

Pour information: en cette période de pandémie, beaucoup de logements et de restaurants sont fermés. Il est bien de se renseigner avant car la plupart des logements se trouvent dans des villages isolés et quand vous arrivez de votre randonnée vous êtes bloqués.

Randonnée autour du cratère de Cova avec un point de vue sur la vallée de Paul :

Nous avions hâte de montrer cette île à nos enfants. Une île extraordinaire, des canyons époustouflants, des habitants d’une gentillesse infinie. Une terre sauvage mais aussi tellement accueillante. La nature est omniprésente et les cap verdiens ont su la préserver et faire corps avec elle. Ils vivent de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage principalement. Des métiers durs, d’autant plus quand vous voyez où ils élèvent leurs animaux et sèment leur plantation.

Randonnée de Ponto Do Sol à Fontainhas :

L’intérêt touristique principal de l’île est ces randonnées. Les sentiers sont balisés pour la plupart.

Conseil: munissez-vous d’une carte détaillée que vous pouvez vous procurer à Mindelo dans un petit kiosque près du parc de jeux près de la mer. Les locaux se feront aussi une joie de vous aider!

Les randonnées sont très exigeantes pour la plupart et nous avons dû les adapter pour nos enfants. Nous avons quand même pu en faire de très belles et en prendre plein la vue. Acrophobe s’abstenir!

Ressourcement garanti

Que cette virée sur Santo Antao nous a fait du bien. Une bouffée d’air, un endroit que nous aimons et propice à la prise de décisions que nous vous partagerons dans notre prochain article.

Le voyage, la découverte et l’aventure, nous y voilà en plein dedans.

Un temps pour méditer:

Apprendre de la nature, apprendre de ses richesses, apprendre de ses habitants, voilà ce que le Cap Vert nous a apporté.